Campagnes d’interpellation et d’action

Proposition de Carême 2018 – Carême IN&OUT

Nous avons souvent l’habitude de nous concentrer sur un seul aspect de notre engagement ; soit en direction de notre développement personnel ou spirituel, soit en direction de l’amélioration du monde, oubliant souvent que cela va de paire.

Ayant écrit plusieurs guides sur les gestes écologiques, il m’est arrivé un jour de me demander et moi, à l’intérieure, qu’est-ce que cela faisait d’éteindre la lumière de la salle de bain… Et là, un grand chamboulement a commencé. J’ai imaginé que chaque éco-geste à l’extérieur de moi avait une incidence à l’intérieur de moi, et inversement… Éteindre la lumière devenait un plaisir et me nourrissait. Ne voyant plus l’écologie comme une contrainte, j’en venais à répéter le geste spontanément, pour me faire du bien. Ainsi est venue cette culture du « Bon pour soi & Bon pour la terre » qui ne m’a plus quittée.

Aujourd’hui, à l’occasion du Carême qui début le 14 février, j’avais envie d’appliquer ce « jeu » à cette période de 40 jours. C’est vrai que cela peut paraître un peu long, mais cela vaut la peine de tenter.

Première semaine de carême – Sous le signe de l’amour

14 février, mercredi des Cendres pour les  chrétiens, et Saint-Valentin sur le calendrier commercial. Comment concilier les deux? D’un côté, la recherche d’intériorité, d’humilité, de sobriété à travers le jeûne et la prière… de l’autre, addiction au diktat de la publicité et encouragement à la consommation… A moins, que l’Amour, expurgé des ses contraintes mercantiles et faux-semblants… puisse permettre de faire le lien!

Proposition  »IN&OUT »:  Je jeûne pour offrir mon être et mon désir de me relier profondément à la démarche de carême de l’intérieur, dans la conscience de mon lien d’amour avec toutes les personnes et toutes les créatures; celles qui me sont proches (famille, amis, voisins…), celles qui sont plus lointaines, celles qui sont seules (célibataires, personnes âgées, personnes malades) et celles qui ne « comptent habituellement pas » à mes yeux.  Pourquoi pas, passer un coup de fil à une personne que vous aimez, ou que vous n’aimez pas (cela aura encore plus d’effets)!

15 février –  je sors dehors pour observer les plus petits des animaux, fourmis, araignées, vers de terre … et reconnaître leur dignité propre et leur droit à l’existence au côté de l’existence de tous les êtres. Intérieurement, je contacte la part délaissée, brimée, ignorée en moi, dont je ne me vante généralement pas et je l’arrose avec une pluie de bonnes pensées.

16 février – Je sors faire un câlin aux arbres et je leur témoigne ma gratitude pour leur  présence et les bienfaits qu’ils apportent… de même, je prends le temps d’observer en moi une qualité maîtresse, quelque chose qui me porte, me structure et dont je peux être fière … et je l’honore par un remerciement ou une pensée bienveillante.

17 février  – tiens, c’est l’anniversaire de ma mère! J’offre un cadeau à un proche, mais au lieu d’acheter un objet industriel, je le fabrique avec amour et conscience avec des matières de récupération ou des matières naturelles.

18 février – Je prends soin de la terre en évitant de la labourer ou de la retourner en profondeur pour ne pas violenter l’organisation naturelle des micro-organismes en train de se mettre en place … en même temps, j’accepte de ne pas bousculer ma terre intérieure en train de s’auto-organiser dans sa guérison naturelle de chaque instant. J’accepte la totalité de mon être (parts sombres et parts de lumière) dans un même élan d’amour.

19 févrierJe ne jette pas mes déchets, mes mégots, mes détritus dans la rue, et je ne fais pas porter le poids de leur « disparition » par les autres (collectivité, balayeurs, tiers-monde, Bure…). Je tente de recycler ce qui peut l’être, de réutiliser, de donner, de composter.. et surtout de faire attention à mes actes de consommation (vrac, seconde main etc…)… en même temps, je prends conscience de l’importance de ne pas balancer mes détritus émotionnels sur les autres, ou de leur faire subir mes tensions intérieures.

20 février – Je retiens ma main de couper une branche de mimosa et je prends le temps de l’admirer et de la sentir… en même temps, je laisse s’épanouir mes mimosas intérieurs, petites boules de soleil, d’intuition et de créativité qui fleurissent à chaque instant à l’intérieur de moi.